Lecourtcircuit.fr : Partout en France ??

Lecourtcircuit.fr

*
(Extrait de « 20 Minutes » : 24.04.2016)

Dans les campagnes nordistes, l’union fait la force. Les 150 producteurs agricoles inscrits sur le site lecourtcircuit.fr en font l’expérience, puisque le portail annonce une croissance du chiffre de 30 % par mois depuis six mois.
Lecourtcircuit.fr fonctionne comme un « drive », mais de producteurs : à l’instar des supermarchés en ligne, on y choisit et on y paie des produits (fruits et légumes, viande, tout est local) que l’on passe ensuite chercher en point de retrait. Mais, sur le modèle de la vente directe, ce sont les producteurs eux-mêmes qui assurent la distribution et fixent les prix.

*

Meilleure alimentation, beaux paysages…

L’idée vient de trois jeunes entrepreneurs. Des trentenaires, jadis employés dans l’informatique et la vente à distance.

« On a démarré il y a trois ans, raconte Maxence Messiant, avec l’envie de trouver une solution pour améliorer les choses dans la région. Avec ce système, on pense pourvoir aller vers une meilleure alimentation, une meilleure agriculture, de plus beaux paysages et une meilleure santé ».

Et il n’est pas le seul à le penser. Philippe Lallau a rejoint Lecourtcircuit.fr en octobre, avec l’ouverture d’un point de retrait en gare de Bailleul. Il revendique une soixantaine de clients par semaine qui viennent, tous les vendredi, retirer leurs produits dans la gare de Bailleul. Seize producteurs y livrent fruits, légumes, viande, et champignons.

« Cela permet de se faire connaître », explique Philippe Lallau, maraîcher bio, qui assure en outre la gestion du point de retrait (moyennant une commission de 6 %). « Le contact avec les clients est enrichissant. L’autre jour l’une de nos clientes a tenu à expliquer elle-même le fonctionnement à une personne qui se renseignait. »

Lecourtcircuit.fr:

Un point de retrait à Roubaix, bientôt un autre à Lille:

Le principe est simple : une fois par semaine, le client choisit un point de retrait, et commande les produits avant le jour de retrait. Sur chaque point de retrait, un collectif s’est monté pour assurer une gamme de produits la plus large possible.
Le site internet se finance en prélevant 11 % du prix de vente. « Mais il n’y a pas de droit d’entrée, précise Maxence Messiant, qui veut des producteurs « libres ». Nous mettons seulement à disposition la solution technique. » Et cela séduit aussi les producteurs déjà habitués au contact direct du client : « Nous touchons une nouvelle clientèle, cela représente une centaine de clients en plus », témoigne Arnaud Delmotte, coexploitant d’un élevage de bœufs « blanc-bleu », qui fait de la vente directe depuis plus de 20 ans à Laventie.

La métropole lilloise n’est pas négligée : un point de retrait vient juste d’ouvrir à la Condition Publique, à Roubaix, avec douze producteurs.

Et l’ouverture à Lille n’est plus, selon Lecourtcircuit.fr, qu’une question de semaines.

*

*

A quand massivement et partout en France pour bouter les gros chancres producteurs de chômage Leclerc, Carrefour et consorts hors du royaume de France ?????

*

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *