Vivre sans manger ni boire ?

*

« Vivre sans manger ni boire. »

Voilà qui sort de la thématique habituelle de ce blog …

… Qui plus est, voilà qui défie notre déesse nationale, la déesse Raison !

Eh bien tant mieux!

…Car cette déesse Raison ne l’est, après tout, chez nous que de fraîche date …

A vrai dire depuis les « Lumières » si chères à nos encyclopédistes. Le malheur est que celle-ci est résolument devenue boulimique en un premier temps, puis peu à peu complètement tyrannique, au point d’occuper aujourd’hui la quasi-intégralité de la conscience humaine.

Car enfin, si une dose de raison est bien évidemment indispensable à assurer une vie équilibrée, individuelle ou collective, dès lors que cette fée devient marâtre et se meut, tout d’abord en rationalité puis, insensiblement, en rationalisme et même en rationalisation totalitaire et quasi-achevé du monde créé, l’être humain s’enferme dans une impasse stérile. La science moderne, en effet, se voulant raisonnable, à juste titre jusqu’à un certain point, s’est à présent murée dans la camisole étanche du plus arides des rationalismes.

Cette connaissance immémoriale fait pourtant partie de notre patrimoine …chrétien, ante-« moderne ».

Que l’on pense aux grands mystiques comme Thérèse d’Avilla, Saint Jean de La Croix ou Thérèse Neumann, tous ont peu ou prou dépassé ces limites inhérentes à l’humain moyen. Mais pourquoi donc ces géants spirituels ne seraient-ils pas des pionniers auxquels un plus grand nombre peut emboîter le pas ?

*

*

L’Inde et la Chine ont évidemment eu leur approche spécifique de la question et sont même sans doute allé encore plus loin fort du relatif manque d’intérêt pour la matière prôné par leur spiritualités respectives (le Chi des Taoïstes et des Bouddhistes, le Prana des Hindous, etc).

Si la thématique de ce blog est de retrouver la mémoire vive de notre peuple sous les strates de « pensée correcte » autorisée, ce sujet est d’une immense importance.

En effet, les limites du « rationnellement correct » qui castre en permanence notre nature de Créatures de Dieu, issues, non du plus grand des hasards darwinien, mais d’un Cosmos éminemment ordonné, sautent en mille morceaux !

Mais vous êtes assez grands pour juger par vous-même après avoir visionné cette vidéo très bien faite.

*

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *