Musique traditionnelle: Le Béarn de Nadau

Musique traditionnelle: Avant que ne déferlent dans un très récent passé les hordes d’occupation “musicale” de la sous-culture US, existaient dans chacune de nos “petites Patries” des traditions musicales immémoriales. Cornemuses, vielles à roue, accordéons diatoniques, et autres faisaient chanter et danser la France rurale dans tous ses villages…

Les troupes du “monde libre” ayant vaincu les “forces de mal” en 1945, elles purent très rapidement exporter leur remarquable hyper-culture et envoyer nombre de missionnaires: De Chuck Berry à Elvis Presley en passant par le “Flower Power” et autres Missi Dominici de l’Oncle Sam.

La “Nouvelle Vague”, ou plutôt le Tsunami du Rock, a balayé les têtes et les coeurs au sein de la vieille Europe se remettant tout juste de ses indicibles souffrances.

Il fallait du neuf et du brillant !

Et on a été servis !

Depuis lors les mélodies et ritournelles de nos anciens sont apparues, paraît-il, obsolètes, rétrogrades et ridicules, bref à ranger aux rayons des antiquités franchouillardes d’arriérés culturels que nous sommes alors devenus en l’espace d’une dizaine d’années.

Place au “rock’n roll”, aux néons, au décibels et au vide ! Du passé faisons une nouvelle fois Tabula rasa ! La musique, tout comme les autres arts, constitue bien un marqueur, peut-être le plus fort, de la décadence d’un peuple.

La civilisation paysanne, française et européenne millénaire, encore debout après les sacrifices sataniques planifiés que furent les deux boucheries de 14/18 et de 39/45 s’est effondrée, définitivement semble-t-il cette fois-ci, non sous la mitraille et le phosphore blanc, mais sous les déluges sonores terrifiants de cette nouvelle hyper-modernité musicale.

Exit la profondeur, la délicatesse et la sensibilité, exit la longue mémoire d’un peuple pétri de simplicité, de mesure et de génie… Naïfs que nous étions donc, accrochés à nos fifres dérisoires et à nos tambourins archaïques de cul-terreux rétrogrades !

Au Diable toute cette foutue musique traditionnelle aux relents pestilentiels de terroir maréchaliste !

Place à la Liberté, à la Nouveauté radicale ! Bref à un monde régénéré ! Foules désormais libérées du “fascisme”, esbaudissez-vous de ces déflagrations sonores, impensables jusqu’alors… Il était bien urgent de terminer le job … D’extraire jusqu’à ses moindres radicelles, l’âme populaire simplette de l’Europe rurale, au cas où, d’aventure, certains lambeaux auraient survécu au désastre de ces deux Apocalypses !

…. Mais, mais …. Et si cette impitoyable guerre culturelle contre la mémoire et les traditions musicales européennes faisait finalement long feu ?

Les salles combles et survoltées de jeunes et de moins jeunes que remplit Nadau en terres de Béarn, par exemple, ou bien d’autres encore ailleurs dans leurs Provinces, tendraient à prouver un retour en force… (Ironie du sort, en utilisant et détournant d’ailleurs souvent les armes électro-acoustiques de leurs colonisateurs yankee hyper-modernes, quel toupet !)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.