Musique traditionnelle: Le Béarn de Nadau

Musique traditionnelle: Avant que ne déferlent dans un très récent passé les hordes d’occupation « musicale » de la sous-culture US, existaient dans chacune de nos « petites Patries » des traditions musicales immémoriales. Cornemuses, vielles à roue, accordéons diatoniques, et autres faisaient chanter et danser la France rurale dans tous ses villages…

Les troupes du « monde libre » ayant vaincu les « forces de mal » en 1945, elles purent très rapidement exporter leur remarquable hyper-culture et envoyer nombre de missionnaires: De Chuck Berry à Elvis Presley en passant par le « Flower Power » et autres Missi Dominici de l’Oncle Sam.

La « Nouvelle Vague », ou plutôt le Tsunami du Rock, a balayé les têtes et les coeurs au sein de la vieille Europe se remettant tout juste de ses indicibles souffrances.

Il fallait du neuf et du brillant !

Et on a été servis !

Depuis lors les mélodies et ritournelles de nos anciens sont apparues, paraît-il, obsolètes, rétrogrades et ridicules, bref à ranger aux rayons des antiquités franchouillardes d’arriérés culturels que nous sommes alors devenus en l’espace d’une dizaine d’années.

Place au « rock’n roll », aux néons, au décibels et au vide ! Du passé faisons une nouvelle fois Tabula rasa ! La musique, tout comme les autres arts, constitue bien un marqueur, peut-être le plus fort, de la décadence d’un peuple.

La civilisation paysanne, française et européenne millénaire, encore debout après les sacrifices sataniques planifiés que furent les deux boucheries de 14/18 et de 39/45 s’est effondrée, définitivement semble-t-il cette fois-ci, non sous la mitraille et le phosphore blanc, mais sous les déluges sonores terrifiants de cette nouvelle hyper-modernité musicale.

Exit la profondeur, la délicatesse et la sensibilité, exit la longue mémoire d’un peuple pétri de simplicité, de mesure et de génie… Naïfs que nous étions donc, accrochés à nos fifres dérisoires et à nos tambourins archaïques de cul-terreux rétrogrades !

Au Diable toute cette foutue musique traditionnelle aux relents pestilentiels de terroir maréchaliste !

Place à la Liberté, à la Nouveauté radicale ! Bref à un monde régénéré ! Foules désormais libérées du « fascisme », esbaudissez-vous de ces déflagrations sonores, impensables jusqu’alors… Il était bien urgent de terminer le job … D’extraire jusqu’à ses moindres radicelles, l’âme populaire simplette de l’Europe rurale, au cas où, d’aventure, certains lambeaux auraient survécu au désastre de ces deux Apocalypses !

…. Mais, mais …. Et si cette impitoyable guerre culturelle contre la mémoire et les traditions musicales européennes faisait finalement long feu ?

Les salles combles et survoltées de jeunes et de moins jeunes que remplit Nadau en terres de Béarn, par exemple, ou bien d’autres encore ailleurs dans leurs Provinces, tendraient à prouver un retour en force… (Ironie du sort, en utilisant et détournant d’ailleurs souvent les armes électro-acoustiques de leurs colonisateurs yankee hyper-modernes, quel toupet !)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.